TRANSAT JACQUES VABRE – BUREAU VALLEE 2  Louis Burton et Davy Beaudart 8èmes après un final à couper le souffle

TRANSAT JACQUES VABRE – BUREAU VALLEE 2 Louis Burton et Davy Beaudart 8èmes après un final à couper le souffle

C’est dans la Baie de Tous les Saints, à Salvador de Bahia, que les deux amis navigateurs, Louis Burton et Davy Beaudart, ont achevé la 14ème édition de la Transat Jacques Vabre, en 14 jours, 14 heures, 51 minutes et 43 secondes. Sur leur foiler Bureau Vallée 2, ils terminent en 8ème position de la classe IMOCA, après un final à couper le souffle. Sans casse technique particulière sur le bateau et une vitesse moyenne de 14,11 nœuds pour 4950,18 milles parcourus, Louis Burton peut être satisfait de sa 5ème Jacques Vabre. Il peut désormais se préparer pour son prochain objectif : le Vendée Globe 2020-2021.

salvador-de-bahia-brazil-november-11-bureau-vallee-r-1600-1200 (1)

LOUIS BURTON ET DAVY BEAUDART © Jean Marie Liot

Juste après leur arrivée, sur le ponton du port de Salvador de Bahia, Louis Burton et Davy Beaudart affichaient un large sourire complice. Pour sa première Jacques Vabre et sa première Transatlantique en IMOCA, Davy Beaudart, grand spécialiste de la Classe mini, n’a pas caché sa satisfaction en toute décontraction : « C’est vachement rigolo l’IMOCA, c’était trop bien ! ».

UNE COURSE POURSUITE EFFRÉNÉE

Et pourtant, pour ces deux amis de longue date, la course n’aura pas été de tout repos. Après un départ tonitruant au Havre en tête de la flotte, leur décision de prendre l’option Ouest ne s’est pas avérée payante, et leur retard a même atteint plus de 400 milles sur les leaders. Bureau Vallée 2 s’est donc engagé dans une course poursuite effrénée, que Louis Burton ne regrette pas : « Finalement c’était intéressant de cravacher comme ça pour remonter et doubler des bateaux. Et après il y a eu ce finish génial pour décrocher la 8ème place.
Une place qui n’était pas celle attendu par le 7ème du dernier Vendée Globe, même si Louis Burton a des raisons de se satisfaire de cette performance : « On rêvait d’être dans le top 5, on l’avait dit. Après une fois que l’on s’est retrouvé dans l’Ouest et que ça ne passait plus pour nous, alors que l’autre groupe s’envolait, on a tourné très vite la page la dessus. On est passé dans un mode opportuniste et à l’attaque. D’abord pour rattraper les bateaux qui n’avaient pas de foils, car notre positionnement nous permettaient de tracer très vite sur un bord, mais leur vitesse était impressionnante. »

Une fois passés les non foilers, restait pour les deux potes à rattraper les IMOCA de la même génération que Bureau Vallée 2 : « Ca c’était vraiment cool, on s’est fait un match dans le match à 4/5 IMOCA de même génération. » explique Louis Burton. « En fait, on s’est fait un match de 2 000 milles en ligne droite et au taquet sur les réglages » précise Davy Beaudart. Une bataille impressionnante qui a passionné tous les supporters des deux marins : « Du coup tous les gens qui nous suivent mais aussi les amis et la famille, se sont pris au jeu, c’était vraiment grisant pour nous deux » ajoute Louis Burton. Dans la Baie de Tous les Saints, à Salvador de Bahia, Bureau Vallée 2 a remporté finalement ce match dans le match au terme d’un finish passionnant à suivre. »

Mais très vite, quelque chose ne fonctionne plus sur ou plutôt sous Bureau Vallée 2 : « Par rapport à nos performances de vitesse habituelles, nous n’étions qu’à 85% de nos polaires théoriques » ajoute Louis Burton. Ralenti pendant la quasi-totalité des 48 heures de la course, le duo termine 10ème à Lorient : « Clairement, on était pas à la place où nous voulions être » déclare Davy Beaudart. A Lorient, après une plongée sous Bureau Vallée 2, les deux navigateurs remarquent que l’un des deux carénages d’ogive de quille était cassé et de grandes traces de frottement. « En fait nous pensons avoir traîné un gros filet de pêche pendant toute la course, c’est ce qui explique notre déficit de vitesse pendant une grande partie du parcours » explique Louis Burton.

salvador-de-bahia-brazil-november-11-bureau-vallee-r-1600-1200

© Jean Marie Liot

UN BUREAU VALLÉE 2 EN PLEINE SANTÉ AU BRÉSIL

Sur le ponton d’arrivée, l’amitié et la confiance mutuelle des deux marins étaient palpable : « Je conseille à tout le monde de faire une transatlantique avec un homme comme Davy Beaudart, parce que c’était vraiment génial. On a bien rigolé, on a bien mangé, on a pu aussi bien dormir chacun notre tour, sachant que l’autre était toujours au taquet » explique Louis Burton le sourire aux lèvres. Pour sa 5ème Transat Jacques Vabre et avant d’attaquer son 3ème Vendée Globe en novembre prochain, Louis Burton peut donc être satisfait de sa course et de la santé de Bureau Vallée 2 : « On a rien cassé sur le bateau, ça c’est vraiment génial. Pour le convoyage retour, l’équipe n’a qu’à changer les voiles et c’est reparti. » Une fiabilité qui sera cruciale pour le prochain tour du monde en solitaire et sans assistance de Louis Burton. Au Brésil, Bureau Vallée 2 est donc arrivé en pleine santé, tout comme les marins : « On s’est régalé sur cette course. On arrive plus en forme qu’au départ, on est prêt pour le fête ce soir ! » Une fête bien méritée pour les deux amis qui ont donc réussi leur promesse : écrire une belle histoire.

salvador-de-bahia-brazil-november-11-bureau-vallee-r-1600-1200 (2)

Share this: